cap-code-provincetown
Etats-Unis, Récits de voyage

4 petits jours (bien remplis) à Boston et ses alentours

Le jeudi 30 juin, j’ai repris un bus au départ de Burlington pour aller jusqu’à Boston où j’ai retrouvé mon amie Nadjejda, rencontrée pendant ma mission au Tchad il y a presque 5 ans ! C’était un séjour intense de 4 jours, où j’ai pu visiter la ville et ses alentours en sa compagnie et c’était très chouette !

Nadjejda! Thanks again to you and your family for having me at your place, it was like feeling at home 🙂 🙂

 

Plage à Cape Cod et visite de Provincetown

Le 1er juillet, après un réveil aux aurores, nous prenons la route vers le célèbre Cape Cod (le Cap aux Morues) avec Nadjejda, son frère Patrick et son amie d’enfance Aylee, pour une journée de plage. Cape Cod est aux habitants de Boston ce que seraient les Hamptons aux New-Yorkais, l’endroit privilégié pour les week-ends et les vacances à la plage, dans des villas chics et sur des yachts hors de prix (pour nous simples mortels 🙂 ).

provincetown-portugal

 

Après un peu moins de 2h de route (mais il y a aussi des ferrys qui partent de Boston), nous faisons un passage rapide par la petite ville de Provincetown qui est la plus avancée sur le cap. Là, à ma grande surprise il y a plein de drapeaux partout, des USA bien sûr, la fête nationale du 4 juillet approchant, mais aussi du Portugal et avec également des affiches du Festival Portugais de Provincetown ! Comme l’objectif principal est d’aller à la plage, on se dit qu’on repassera au retour pour éclaircir le mystère 🙂

provincetown-barcelos

 

Donc direction la plage, dont l’accès est payant car on se trouve dans une zone protégée par l’Etat. Le vent est un peu frais mais le soleil est assez présent pour qu’on en profite. Après quelques jeux et petits encas, on se décide enfin à aller à l’eau : après les 1ères secondes de choc, elle est vraiment fraîche, je m’habitue finalement et je pique même une tête ! Puis après une petite sieste et une petite balade sur la plage, on repart en fin d’après-midi et nous refaisons donc une pause à Provincetown où la rue principale est très commerçante avec une multitude de boutiques, de bars et restaurants, ainsi que des galeries d’art. En discutant avec une dame, nous découvrons que le Portugal était à l’honneur la semaine précédente, et chaque année à la même période, pour commémorer l’importante communauté portugaise qui est arrivée ici dans la 1ère moitié du 20e siècle en collaborant au développement de la pêche. Elle nous dit même qu’il y a un peu plus loin une boulangerie portugaise ! Nous voilà donc partie à sa recherche dans la rue principale : en entrant, je reconnais tout de suite les odeurs bien familières des beignets de morue ou des pasteis de nata, entre autres… miam!!

 

Après s’être régalés et être même repassés une 2e fois, on a continué la balade puis nous avons repris la route vers Boston, où nous sommes arrivés vers 21h, épuisés mais très contents de notre journée à la plage !

 

Randonnée dans les Whites Mountains

new-hampshire-roadLe lendemain, à nouveau un réveil très tôt pour reprendre la route, cette fois côté montagne : nous nous dirigeons dans le New Hampshire et plus précisément dans la forêt des Whites Mountains, où de nombreuses options de randonnée sont possibles. Sur le chemin, on en profite avec Nadjejda pour se remémorer nos souvenirs du Tchad mais elle m’explique aussi tout une série de choses sur les USA, sur Boston et ses coutumes, notamment sportives ! Par exemple, chaque ville ou presque a sa propre équipe de foot américain, mais aussi de basket-ball, de base-ball, de hockey sur glace et beaucoup de personnes l’affichent sur leurs t-shirts ou casquettes, et même sur les plaques de leur voiture ! Il y a ensuite les équipes universitaires et les deux championnats, quelle que soit la discipline, sont rediffusés à la télé locale ou nationale. Les américains passent donc beaucoup de temps à regarder, suivre le sport mais aussi à le pratiquer bien sûr 🙂

Mais retour à nos montagnes… après 2h30 de route et après s’être assurées du sentier à prendre, on commence l’ascension du Lowesome Lake Trail, qui nous amène donc à un lac et de là, on a considéré l’option de monter au Mount Canon, mais vu l’heure et le dénivelé, on s’est contenté de faire le tour du lac et d’y prendre notre pique-nique. Et c’était une très bonne décision, l’endroit est vraiment magnifique avec vue sur la chaine de montagnes alentours. Et surtout cela nous a permis de redescendre tranquillement pour ne pas rentrer trop tard à Boston, où nous sommes encore arrivées vers 21h (je vous ai dit, journées intenses !).

 

Sur les traces des étudiants de la célèbre Harvard

Le lendemain matin, dimanche 3 juillet, Nadjejda m’a proposé de l’accompagner à l’église, à l’office de 7h30. Même si je ne suis pas une fervente pratiquante, je suis toujours curieuse d’assister à ces moments de vie d’une communauté dans un pays étranger (je l’ai fait au Tchad, au Burkina, au Maroc…). L’église où va Nadjejda a sa propre chorale gospel et quand nous arrivons, ils ont déjà commencé à enflammer la salle, littéralement. Orchestre, écran géant, micro : je repense à la messe gospel que j’avais vu avec ma sœur à New York en septembre 2014, sauf que là, je suis la seule étrangère, donc en totale immersion et je me laisse prendre à frapper des mains et à chanter ! Puis vient le sermon du pasteur, qui dure presque une heure, il parle assez vite et j’ai parfois du mal à tout suivre mais l’expérience était intéressante.

 

Ensuite, j’ai pris un train toute seule comme une grande pour me rendre dans la ville de Cambridge, voisine de Boston, mais aussi et surtout ville où se situe la très célèbre et prisée Harvard University. J’ai commencé ma balade à Central Square et j’ai longé la Charles River sur Memorial Drive qui est piétonne le dimanche matin. Le campus se situe des deux côtés de la rivière mais j’ai surtout marché du côté des bâtiments principaux le long de Massachussetts Avenue, jusqu’à Harvard Square, où finalement on se trouve dans une ville dans la ville : magasins, restos, bars, banques, librairies, kiosks de journeaux, etc. Les bâtiments sont presque tous de briques rouges sombres, et certains plus clairs, mais surtout ils ressemblent à ce qu’on voit dans les films. Malheureusement, les visiteurs ne peuvent pas entrer dans les bâtiments mais l’imagination peut très bien faire son travail en apercevant furtivement l’immense réfectoire du Memorial Hall ou l’étendue des livres de la Widener Library. La balade est rendue agréable par les nombreux espaces verts qui doivent normalement être pris d’assaut par les étudiants, mais à cette époque de l’année c’est surtout par les touristes…

 

Je n’ai donc pas vraiment vu l’ambiance étudiante, et studieuse, qu’il doit régner dans cette université qui compte plus de 28 000 étudiants. Dans ce quartier, on peut également visiter plusieurs musées (Histoire Naturelle, Arts) mais aussi le Massachussetts Institute of Technology (ou MIT pour les connaisseurs), prestigieuse école scientifique où les geeks de ce monde se forment 🙂

Après cette chouette balade, j’ai repris le train pour rejoindre Nadjejda chez elle et l’aider à préparer le barbecue organisé par sa mère, en compagnie d’amis et de membres de leur famille. C’était un moment très sympa à partager hot-dogs, hamburgers et salades, comme le font de très nombreuses familles américaines à cette époque de l’année.

 

A la découverte du Freedom Trail de Boston

boston-commonLe lendemain, j’ai pu enfin visiter le centre-ville de Boston, capitale de l’Etat du Massachussetts et port d’entrée des futurs Etats-Unis d’Amérique il y a plus de 375 années. Le centre-ville se situe sur une pointe arrondie bordée par la Charles River à l’ouest puis par le port donnant accès à l’Océan Atlantique à l’est. Il y a plusieurs façons de découvrir la ville, dont de nombreux bus touristiques, dont un « bus canard » qui peut aller sur l’eau ! Mais je préfère toujours la découverte à pied et je me suis donc lancée sur le Freedom Trail, tracé de briques rouges d’environ 4 km qui permet de découvrir les nombreux bâtiments et lieux historiques de la ville, qui sont également des symboles de l’histoire du pays. Je n’ai pas parcouru tout le tracé mais une bonne moitié, dont je vous fais un récapitulatif au départ de Downtown Crossing, point central de la ville :

Boston Common, ancien champ de manœuvre de l’armée jusqu’en 1634 et aujourd’hui reconverti en immense espace vert,boston-state-house

Massachusetts State House, construite en 1795-98,

Park Street Church, où fut donné le 1er discours contre l’esclavage en 1809 par William Lloyd Garrison,

King’s Chapel, qui a abrité la 1ère congrégation anglicane de la ville à partir de 1688 et qui est entouré par un des plus anciens cimetières de la ville,

Franklin Statue, qui commémore la contribution de Benjamin Franklin à l’histoire des USA,

Old Corner Bookstore, construit en 1712 et qui devint le 1er centre littéraire de la ville, ainsi qu’un lieu de rencontre pour les écrivains les plus importants de l’époque,

boston-old-state-house-Old State House, construite en 1713 et qui a été le siège du gouvernement colonial,

Faneuil Hall, surnommé le « berceau de la liberté » fut l’endroit où a été déclaré le combat contre les anglais a débuté ; construit en 1742, il a abrite aujourd’hui des boutiques, un musée et est entouré d’autres bâtiments dont le Quincy Market, où on retrouve boutiques, restaurants, cafés…

Old South Meeting House, construite en 1729 comme église avant d’être surtout utilisée comme lieu de rencontre avant la révolution,

Paul Revere House, située aujourd’hui dans le quartier italien de Boston (North End), c’est la maison la plus ancienne toujours debout à Boston; elle a été construite en 1680 et où vécu Paul Revere (personnage important de la Révolution),

Old North Church est la plus ancienne église de la ville, construite en 1723 et d’où l’alerte de l’arrivée des anglais pendant la révolution a été lancée,boston-copps-hill

Copp’s Hill Burying Ground est un des plus anciens cimetières de la ville et il fut utilisé en 1660 comme champ de tir.

Il reste ensuite deux sites sur le Freedom Trail que je n’ai pas vu, car je commençais un peu à fatiguer : Charlestown Navy Yard, chantier naval construit en 1800 et Bunker Hill Monument, obélisque rendant hommage à la 1ère bataille de la révolution.

Le truc en plus : J’ai choisi de découvrir la ville côté histoire, mais il y également beaucoup à faire côté culture avec de nombreux musées et un quartier des théâtres où de nombreux spectacles de Broadway sont joués ; côté shopping avec de nombreuses rues commerçantes ; côté affaires avec le Financial District où se trouvent les plus grandes compagnies et les plus hauts buildings de la ville ; côté gastronomie avec de nombreux restaurants de fruits de mer (surtout de homard), des quartiers ethniques où trouver de la nourriture chinoise, italienne, orientale, etc. Autant de raisons d’y retourner un jour 🙂

 

Musique et feux d’artifice pour la fête du 4 juillet

Après le Freedom Trail, je suis revenue en centre-ville en longeant les différents quais du front de mer de la ville. Datant des années 1800, ils ont été rénovés et on y trouve aujourd’hui des logements, des hôtels, des magasins, des restaurants et cafés, ainsi qu’un aquarium, mais aussi un poste de douanes et plusieurs musées. De là partent aussi plusieurs bateaux pour des tours jusqu’aux îles au large de la ville et pour l’observation des baleines.

 

Ensuite, j’ai retrouvé Nadjejda à Downtown Crossing d’où nous avons marché jusqu’au bord de la Charles River pour y participer aux célébrations du 4 juillet. Commémorant l’indépendance des USA par rapport à l’Angleterre, chaque année de très nombreuses villes organisent des concerts et des feux d’artifice. Cette année j’ai donc eu la chance de participer à ceux de Boston et de bénéficier en plus depuis notre emplacement d’un très beau coucher de soleil sur la rivière.

 

Le lendemain, mardi 4 juillet, il a plu toute la matinée donc je n’ai pas vraiment pu profiter de mes dernières heures à Boston avant de prendre un bus direction New York !

Ecrire un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.