cuba
Cuba, Récits de voyage

4 semaines autour de Cuba, perle des Caraïbes

En septembre dernier (oui il y a déjà 4 mois…), je posais le pied sur la mythique île de Cuba, connue pour sa révolution, ses cigares, sa salsa et pour ses personnages historiques tels que Che Guevara et Fidel Castro, décédé en décembre dernier.

Mon rêve d’aller à Cuba remonte à mes années lycées… Quand un voyage scolaire y était proposé, mais bien sûr pour un budget un peu trop élevé, mais je me souviens à voir participer à des réunions d’information et m’être imaginée y aller un jour moi aussi. Et donc c’est chose faite, quelques 15 années plus tard !

Dans cet article, je récapitule mes 4 semaines autour de Cuba, souvent surnommée la « perle des Caraïbes ».

 

La Havana, immersion dans le centre historique

J’ai passé mes 1ers jours dans le quartier de Havana Vieja (Vieille Havane), à arpenter ces rues aux maisons d’un autre temps. La partie plus au nord a été totalement rénovée et restaurée, c’est la partie la plus jolie car les façades y sont toutes repeintes aux multiples couleurs, les places y sont ornées de parcs et de nombreux restaurants/bars avec terrasse. Mais c’est aussi la partie « carte postale » de la ville, celle que voient tous les touristes, dont je fais partie bien sûr.

 

J’ai eu la chance d’être logée dans la partie sud de ce vieux quartier et donc dans la partie « moins belle » mais beaucoup plus authentique. On y voit certaines maisons délabrées mais surtout on y croise les cubains dans leurs activités de tous les jours : la petite boutique de fruits-légumes, la cafétéria, le marché, la boulangerie, les vendeurs ambulants, les taxis, les écoliers, etc. Cette partie pouvait sembler peut rassurante à la nuit tombée mais ce sentiment était vite oublié grâce aux airs de salsa et autre reggeaton qui sortent des maisons et des radios posées au milieu de groupes sur les trottoirs.

 

D’autres quartiers de la ville valent aussi une petite visite, à pied ou en voiture :

  1. Centro, en périphérie de Havana Vieja, c’est un quartier qui fourmille d’activités, on y retrouve encore des bâtiments coloniaux ainsi que la principale église de la ville ;
  2. Vedado, où une partie des cubains de classe moyenne vivent et travaillent, c’est aussi le quartier où sortir le soir et où se trouve la célèbre Plaza de la Revolucion avec les portraits du Che et de Camillo Cienfuegos, figures de la révolution cubaine, d’un côté et le musée José Martin, un autre personnage historique de l’histoire cubaine ;
  3. Miramar, c’est le quartier chic, avec de grandes avenues bordées de végétation, de grands hôtels et la plupart des ambassades.

 

Santa Clara, sur les traces du Che

Petite ville plus au moins au centre de l’île, Santa Clara est surtout connue pour avoir été le théâtre de l’une des batailles de la révolution, gagnée par une troupe dirigée par Ernesto Guevara, le fameux Che. D’après l’histoire, cette bataille a marqué un tournant dans la révolution et a permis aux combattants de bloquer un train du gouvernement plein de marchandises et d’armes. Il y a quelques années, un mémorial du Che y a été construit avec un musée et une énorme statue dominant la place de la Révolution. Puis de l’autre côté de la ville, on peut visiter quelques wagons du train qui a été converti en musée. A part cela, il y a aussi quelques jolies places, comme le Parque Vidal, où se retrouvent les cubains à la tombée du jour pour profiter de la fraicheur ou d’une connexion wifi !

 

Santiago de Cuba, bastion historique de la Révolution cubaine

Deuxième plus grande ville cubaine, située au sud-est de l’île, Santiago est connue pour la Caserne de Moncada qui a été le lieu d’une première tentative de révolution par Fidel Castro et quelques-uns de ses militants en juillet 1953. La prise avortée de Moncada vaudra à Fidel quelques temps de prison puis il s’exile au Mexique pour imaginer un meilleur plan et c’est à cette époque qu’il rencontre Che Guevara. Après une meilleure préparation, les révolutionnaires débarquent en bateau, le Granma, en décembre de la même année, pour accoster le long de la côte de la Sierra Maestra, à quelques dizaines de km de Santiago, puis la suite devient Histoire. Peu à peu, ils gagnent du terrain face aux troupes de l’armée gouvernementale et en décembre 1958 le président Batista s’exile avec plusieurs millions de dollars dans ses valises…

Si dans chaque ville, il y a une place de la Révolution avec une statue ou un monument commémoratif, et si on trouve souvent au bord des routes des panneaux de propagande reprenant des messages de la Révolution et du parti, bizarrement, El Comandante Castro est très peu représenté, même si on trouve quelques photos par-ci par-là dans des boutiques ou aux murs des maisons.

 

Une balade dans le centre est sympa en fin de journée pour voir l’animation gagner en intensité mais finalement, le charme n’a pas opéré sur moi comme à La Havana… Et c’est plutôt en dehors de la ville, au Castillo del Morro, véritable rempart contre les invasions des pirates dans la Baie de Santiago, que je me suis retrouvée comme dans un voyage à travers le temps, avec une vue sur la baie d’un côté et la mer des Caraïbes de l’autre.

 

Baracoa, petit paradis à la pointe est

Aller à Baracoa se mérite… soit en bus touristique (Viazul), soit en taxi collectif, il faut facilement 5-6h traversant la région de Guantanamo (connue pour sa fameuse chanson Guantanemera et plus tristement pour sa prison américaine) et longer la côte, puis traverser les montagnes pour arriver à cette petite ville au bord de mer. Connue comme la 1ère ville créée par les Espagnols, elle est malheureusement très souvent touchée par les cyclones et tempêtes qui frappent les Caraïbes, comme dernièrement Matthew qui a détruit une importante partie de la ville…

 

J’ai passé environ 1 semaine dans une casa particular tenue par une adorable famille avec qui j’ai adoré partager un peu de leur quotidien. J’y ai profité des alentours, surtout les plages bien sûr, qui sont assez paradisiaques, des soirées rythmées au rythmes salsa et reggeaton, et du temps qui passe tout simplement !

 

Trinidad, le joyau colonial de la côte sud

C’est sûrement la ville la plus visitée après La Havana, ce qui la rend très touristique, mais vraiment Trinidad a un charme et des atouts incontournables pendant un voyage à Cuba. Ici aussi, le centre historique est rénové, les maisons sont colorées, les rues sont pavées, il y a quelques boutiques de souvenirs et quelques musées. S’il ne fallait en visiter qu’un seul, ce serait celui des Archives Municipales d’Histoire, où l’on peut monter à la tour qui donne une vue imprenable sur la ville, les montagnes et la mer. Puis à la nuit tombée, il est très facile de se laisser emporter par l’ambiance des Casa de la Musica et Casa de la Trova, où plusieurs groupes jouent en direct et où les couples de danseurs se font et se défont.

 

A quelques km, la Playa Ancon est aussi un incontournable pour passer une journée les pieds dans l’eau. Malgré quelques grands hôtels qui dénaturent un peu le site, une partie reste encore très belle et l’eau y est juste magnifique !

 

Cienfuegos, petit joyaux d’architecture

Lovée au fond de la baie du même nom, Cienfuegos est une petite ville assez agréable avec un centre historique classé à l’UNESCO, surtout pour sa place centrale, le Parque Marti entouré de très beaux bâtiments, églises, théâtre, palais municipal. Pour avoir une vue sur cette même place et sur l’ensemble de la ville, ça vaut le coup de monter sur les terrasses et la tour du Palais Ferrer. En fin de journée, la balade le long de l’interminable malecon (surtout à pied 🙂 ) est assez agréable et on passe par un quartier beaucoup plus résidentiel et très « américain », avec des maisons et des jardins qui ressemblent vraiment à ce qu’on pourrait trouver dans une petite ville des USA des années 50-60. Tout au bout, proche de Punta Gorda, le Palais del Valle, au style très oriental, donne une vue en hauteur sur la baie.

 

Pour une pause plage, c’est une bonne option d’aller jusqu’à la très populaire et familiale Playa Rancho Luna à quelques dizaines de km de la ville.

 

Viñales, au pays des géants, du café et des cigares

A quelques heures à l’ouest de La Havane, la petite ville de Viñales est entourée par une nature magnifique et sa vallée a été classée à l’UNESCO pour ces formations montagneuses appelées « mogotes », qui donnent l’impression d’être au pied de géants endormis. Une balade à cheval ou à pied dans cette vallée est un must pour s’imprégner de cette atmosphère bien particulière de tradition agricole partagée entre la culture du café et du tabac, qui donnera certains des meilleurs cigares du pays.

 

Et parce que la mer n’est jamais bien loin, à environ 2h de route au nord de Viñales, Cayo Jutias est une petite île reliée à l’île principale par une route est une petite perle perdue au milieu des eaux transparentes et bordées de plages désertes, si on se donne la peine d’aller plus loin que les quelques restaurants où nous déposent les taxis. Il faut un peu de marche et prévoir de se protéger des moustiques, mais l’une des plages est connue pour accueillir de nombreuses étoiles de mer !

 

Mon petit mot de la fin : ce petit résumé de mon séjour est vraiment succinct, juste pour vous donner une idée et quelques images… Mais vraiment, Cuba est l’un des gros coups de cœur pendant ce Tour des Amériques ! Pour sa culture et son histoire, pour ses habitants chaleureux et attachants, pour ses paysages magnifiques entre montagnes et plages de rêves, pour ses jolies villes d’un autre temps et bien sûr pour ses fameuses vielles voitures, véritable symbole et fierté. Si les évènements politiques récents (ouverture de la relation avec les USA et décès de Fidel Castro) devraient apporter leur lot de changement, j’espère que ça sera pour du positif pour améliorer le quotidien des cubains, mais aussi pour tout de même garder cette atmosphère si particulière. Viva Cuba 🙂

1 Commentaires

  • Bravo pour ce voyage. Continue à nous faire rêver il n y a que toi pour nous faire voyager aussi loin.
    Je t’aime ma puce.

    Répondre

Ecrire un commentaire

CommentLuv badge