argentina-la-carmelita
Argentine, Tour des Amériques

6 semaines de volontariat en Argentine

C’était dans ma liste de petits défis pour ce Tour des Amériques : faire du volontariat dans une ferme ou un parc naturel, idéalement avec des animaux et au contact de la nature. Après quelques recherches et demandes pour le Costa Rica et la Colombie malheureusement sans succès, c’est finalement en Argentine que j’ai trouvé une opportunité à travers le site Workaway (Travailler ailleurs en anglais).

Depuis le 16 novembre et jusqu’au 25 décembre 2016, je suis donc à la Finca La Carmelita, à quelques km de San Rafael, ville située à 3h30 de bus de Mendoza, région assez sèche et pourtant connue pour être la référence viticole de l’Argentine.

Dans cet article, je vous raconte donc mon expérience de 6 semaines de volontariat en terres argentines 🙂

 

Pourquoi faire du volontariat en voyage ?

Travaillant dans le secteur des ONG et de la solidarité internationale depuis 5 ans, je pourrais faire une analyse et une présentation des différences entre volontariat, bénévolat, mission humanitaire, travail dans une association, etc. Ce n’est pas trop l’objet de cet article mais je pourrais y consacrer un récit de mission un jour 🙂

C’est en découvrant les blog-voyages d’autres personnes et en fouillant internet pendant la préparation de mon voyage que j’ai découvert le concept de volontariat contre hébergement/nourriture, tel qu’il est présenté sur des sites comme Workaway, HelpX ou Woofing. Si on peut trouver des offres de volontariat dans des associations ou des communautés locales, la plupart concerne surtout un travail dans des fermes écologiques, des hôtels ou auberges, des centres touristiques aux pratiques alternatives (eco-lodges en pleine nature par exemple). Dès la préparation de mon voyage, je savais que je voulais trouver des opportunités sur l’un de ces sites pour plusieurs raisons :

  1. Connaitre plus en profondeur un pays, une culture, une région et surtout sa population, en vivant chez l’habitant.
  2. Rencontrer des volontaires de tous les pays, partager nos expériences de voyages et de vies,
  3. Faire une pause dans son voyage de quelques semaines, afin de se reposer, se ressourcer et retrouver un rythme plus « routinier » après plusieurs semaines/mois de voyage.
  4. Proposer ses compétences et connaissances pour aider une famille, une association, un établissement rural ou touristique, ou autres, dans leur travail quotidien ou dans un projet spécifique.
  5. Participer à un « échange de services » (travail contre hébergement/nourriture) qui permettent aussi de faire de nouvelles rencontres, d’apprendre de nouvelles choses et de partager ses propres connaissances, parfois d’apprendre une langue.
  6. Economiser un peu d’argent pour la suite du voyage.

 

 

La Carmelita, Hotel Rural

En arrivant à la Carmelita, cela faisait 5 mois et demi que j’avais commencé mon Tour des Amériques et je commençais à fatiguer un peu… Car oui, voyager au long court ce n’est pas de simples vacances de quelques semaines, et oui voyager au long court c’est fatiguant. J’imagine déjà les yeux levés au ciel de certaines personnes à qui je dis ça, mais oui pour moi voyager est totalement différent que d’être en vacances. Mais là encore, c’est un autre sujet 🙂

 

La Finca La Carmelita est une propriété de plusieurs hectares tenue par Nicole, une suisse allemande et ses parents, Carmen et Hugo. C’est un projet de famille de 10 ans qui propose 8 chambres au cœur de la nature et entourées d’animaux, dans une région connue pour les sports d’aventure et pour les vins. La Finca est un vrai havre de paix, avec une vue apaisante sur les alentours, notamment sur la Cordillère des Andes, située à quelques 200km. Imaginez vous réveiller le matin après une nuit où il a plu, regarder par la fenêtre de la cuisine et découvrir cette bande de montagne recouverte d’un manteau blanc éclatant, même en plein été austral ! Ou bien imaginez les couleurs dorées, rosées, orangées de la fin du jour qui vous offrent un coucher de soleil à couper le souffle…

Oui c’est ce genre de vues et de moments tous simples qui m’ont fait adorer mon séjour ici… et bien sûr aussi, la rencontre et le travail au quotidien avec d’autres volontaires de tous horizons (Nouvelle-Zélande, Australie, Roumanie, Norvège) et la cohabitation avec 5 chiens, 2 chats, 2 lamas, 5 chevaux, une quinzaine de poule et 4 oies !

 

En quoi a consisté mon travail à La Carmelita ?

Selon le concept de volontariat contre hébergement/nourriture, la moyenne est de 25h de travail par semaine, pouvant être réparties en fonction d’un accord entre l’hôte et le volontaire. Pour moi, ça a été ce nombre d’heures environ, réparties surtout les matins, puis les après-midi et soirées étaient libres.

Une petite description d’une journée typique à La Carmelita :

  1. Réveil vers 7h30 (parfois 6h pour admirer le lever du soleil et méditer un peu !) et petit-déjeuner,
  2. Vers 8h30/9h et 17h30/18h, distribution de leur nourriture aux animaux,
  3. Rangement/ménage dans la maison (principalement cuisine et salle de séjour), préparation des chambres de la partie hôtel puis préparation et service du petit-déjeuner aux visiteurs,
  4. Entretien des parties extérieures de la maison principale, jardinage, arrosage, nettoyage de la piscine,
  5. Préparation des repas et de gâteaux divers pour les visiteurs, puis aussi pour nous car on est gourmands 🙂
  6. Déjeuner vers 13h avec tous les volontaires, Nicole et ses parents, sous les yeux attentifs des chiens de la maison qui espèrent toujours qu’un bout tombe par terre 🙂
  7. Après-midi libre pour faire la sieste, lire, écrire, regarder un film, profiter de la piscine, puis de temps en temps aller en ville pour se balader un peu et surtout déguster une glace (je vous ai dit qu’on était des gourmands… ?),
  8. Diner vers 19h/20h, rituel du coucher de soleil et en général chacun va dans sa chambre vers 21h/21h30, ou parfois sortie en ville pour un verre ou un ciné.

 

En 6 semaines, le temps s’est écoulé doucement sans que je me sois ennuyée un seul jour. J’ai adoré retrouver une petite routine et avoir l’occasion de profiter d’un endroit calme où récupérer de l’énergie. Les 2 premières semaines, je dormais de 22h à 8h ! Et puis comme bien souvent on n’écoute pas assez son corps, celui-ci m’a fait bien comprendre qu’il avait besoin de repos en enchainant un rhume, un bouton de fièvre et une conjonctivite !

Puis l’expérience de travail a été très intéressante, je ne pensais pas apprécier autant nourrir et m’occuper des animaux. J’ai adoré en apprendre plus sur les chevaux et les lamas. J’ai repris goût à cuisiner tout plein de plats différents, souvent végétariens car Nicole ne mange pas de viande et de plus en plus, je me rends compte que je pourrais aussi m’en passer… J’ai pratiqué tous les jours mon anglais et mon espagnol. J’ai pris conscience du soin et de la rigueur qu’implique l’accueil de visiteurs. J’ai apprécié le travail en équipe avec les autres volontaires, le rythme souvent très tranquille, sans stress et dans la bonne humeur.

Et là quelques heures avant de reprendre la route, je peux dire que je suis à nouveau prête pour de nouvelles aventures ! Celles-ci vont m’amener plus au sud dans la région mythique de la Patagonie puis en janvier à Ushuaia en Terre de Feu, où je verrais la possibilité de faire la fameuse excursion jusqu’en Antarctique et ainsi réaliser un de mes rêves et défis de ce voyage autour des Amériques ! 🙂

 

Mon petit mot de la fin : dans les alentours de San Rafael, il y a quelques sites naturels intéressants, soit pour un road trip soit pour y passer une journée à faire du canoé-kayak dans une des rivières de la région, ou tout autre sport « aventure » comme du parapente, de l’accrobranche, du rafting, du vtt, etc. Les sites qui valent le coup sont : Valle Grande et le Cañon Atuel, Lago Nihuil et de Los Reyunos, entre autres.

 

Ecrire un commentaire

CommentLuv badge