cuba-carte
Cuba, Tour des Amériques

CUBA PRATIQUE : comment y voyager seule ?

Parce que ces dernières semaines, voire derniers mois, je vois beaucoup de demandes d’informations sur Cuba dans les différents forums de voyage sur lesquels je suis inscrite, et parce que plusieurs de mes amis m’en ont demandé, voici un petit article « pratique », en fonction de mon expérience sur la belle île de Cuba.

Comment se déplacer, se loger, se nourrir ? Est-ce que c’est sûr d’y voyager seule pour une femme ? A quoi faire attention et pourquoi ? Comment profiter des sorties et des rencontres avec les cubains ? Donc en complément de mon récit de voyage à Cuba, je vous dis tout ce qu’il faut savoir côté pratique 🙂

NB : pour les prix, ce sont ceux que j’ai eu en septembre 2016, qui est une période considérée comme saison basse/moyenne, car saison des pluies et des tempêtes.

 

Comment et où se loger ?

1ère option : l’hôtel, mais c’est cher et pas toujours « authentique »… Dans certaines parties du pays (par exemple à Varadero), des zones hôtelières « all inclusives » se sont développées. Certes le cadre est magnifique, au bord de plages de sable blanc mais franchement si c’est pour rester entre touristes, manger occidental et ne pas sortir de l’hôtel, je ne vois pas trop l’intérêt. Mais chacun choisit sa façon de voyager 🙂

2e option : l’auberge de jeunesse, même si le réseau n’est pas encore très répandu, il en existe quelques-unes, notamment à La Havana. Pour mes deux séjours dans la capitale, j’ai dormi à Ilé Aché, une petite auberge très sympa et très bonne ambiance dans la partie sud de Havana Vieja. Tenue par une française et un cubain, elle occupe une ancienne maison coloniale, le confort y est simple mais correct. J’y ai très bien dormi et je m’y suis sentie à l’aise.

Prix : 10 CUC par nuit/personne avec petit déjeuner

3e option : les casas particulares, chez l’habitant. C’est la façon la plus courante et abordable de se loger à Cuba. Il y a une dizaine d’années, il était interdit aux cubains d’accueillir chez eux des étrangers mais une loi promue par Raul Castro a ouvert cette manne économique et touristique. Aujourd’hui dans quasiment toutes les villes cubaines, il existe des casas particulares qui accueillent les voyageurs ; il y a en même à profusion dans les endroits les plus touristiques…

cuba-pratique
Devanture d’une casa particular à Santa Clara

 

J’avais cherché des casas sur internet avant mon séjour, de plus en plus, elles sont référencées sur Tripadvisor ou même sur Air BnB, mais au final j’ai beaucoup fonctionné avec les contacts récupérés sur place. D’une casa à l’autre, on me recommandait un endroit et ainsi de suite. Toutes celles où j’ai dormi étaient très confortables avec salle de bain privée, bien situées et les familles très accueillantes et aux petits soins ! (pour les contacts détaillés, envoyer un commentaire avec votre mail 🙂 )

Prix : en moyenne 10 à 25 CUC, en fonction des villes, de la chambre et du cadre (parfois, il y a une petite terrasse, un jardin). En étant seule, j’ai réussi à négocier de temps en temps vers le plus bas mais pas toujours possible, notamment à Trinidad…

cuba-pratique
Terrasse de ma casa à Trinidad

 

Comment et où manger ?

1ère option : dans les restaurants, appelés aussi paladares, ou certains bars. Assez touristiques et donc chers, la plupart accueille des groupes de musique pour mettre l’ambiance ; attendez-vous à ce qu’on vous demande une petite contribution… Il n’y a pas vraiment de spécialités culinaires à Cuba, mais on mange beaucoup de riz accompagné de viande ou poissons/fruits de mer, en sauce ou non. Puis on trouve les plats « internationaux », comme pâtes, pizzas, etc.

cuba-pratique
Dans un restaurant de La Havane

Exemple de prix : compter 25 CUC pour un plat de crevettes en sauce avec riz, salade et un cocktail ; 8 CUC pour des tapas de falafel et un cocktail ; 7 CUC pour des pâtes et une boisson.

2e option : dans les cafétarias de quartier. Ce sont les petits restos où vont manger les cubains, les plats y sont copieux, pas chers et payables en CUP. On peut y  manger sur place ou demander à emporter. Il faut parfois un peu les chercher car pas toujours très visibles, ou demander aux gens du quartier où les trouver.

Exemple de prix : compter 50 CUP (2 CUC) pour un plat de poulet avec riz et salade ou 70 CUP (2,8 CUC) pour un plat de crevettes en sauce avec riz et salade.

3e option : dans les casas particulares. Toutes les familles proposent aussi un service de restauration, pour petit déjeuner, déjeuner et diner, pour un prix bien plus raisonnables que les restaurants touristiques. Les portions sont aussi très copieuses, la plupart du temps je mangeais le petit déjeuner et ça me tenait jusqu’au diner à 19h ! Et c’est généralement très bon, je salive encore des crevettes à l’ananas que j’ai mangé dans la casa où j’ai dormi à Baracoa !

Exemple de prix : pour le petit déjeuner de 3 à 5 CUC (boisson chaud, jus de fruits frais, portion de fruits, pain avec beurre, confiture, parfois omelette ou œufs au plat), pour le déjeuner environ 5-6 CUC et pour le diner de 6 à 8 CUC (plat principal, salade, pain, fruits et gâteau en dessert).

4e option : se préparer à manger avec des produits du marché ou des petits magasins. Ce n’est pas l’option la plus facile, car à part dans les auberges, on ne peut généralement pas utiliser les cuisines des casas particulares. Vous pouvez toujours demander mais c’est pas toujours bien accepté.

Exemple de prix : compter environ 5 à 15 CUP (0,2 à 0,6 CUC) pour des fruits et légumes (avocat, tomate, concombre, bananes, etc.)

 

Comment se déplacer ?

En ville

1ère option : à pied ! Pour visiter et vraiment prendre le temps de découvrir l’atmosphère des différents quartiers, c’est la meilleure façon ! Les cubains se déplacent aussi beaucoup à vélo !

2e option : les taxis « normaux », c’est-à-dire en voiture. A La Havane, il y a des compagnies de taxis privés, puis des taxis officiels de la ville de couleur noir et jaune et enfin les fameuses américaines, qui seront plus abordables côté prix et en général partagés. Il y en a dans à peu près toutes les villes. Attention à ne pas confondre avec les taxis/voitures américaines qui proposent des tours de la ville pendant plusieurs heures, ça sera forcément plus cher mais à plusieurs, ça peut valoir le coup, surtout pour aller jusqu’aux quartiers Miramar et Vedado qui sont assez éloignés de Havana Vieja.

3e option : les taxis « originaux », c’est-à-dire en vélo, en moto, en charrette tirée par un âne ou un cheval et même en jeep, faites votre choix ! Pour la charrette et la jeep, en général, ce sont des taxis partagés. A La Havana, on trouve aussi les « coco-taxi », qui ressemblent un peu aux ricksaw et tuk-tuk asiatiques sauf que la partie qui protège les passagers est de forme arrondie et jaune, faisant penser à une noix de coco ! Ces taxis s’interpellent dans la rue et il FAUT négocier le prix ! Au début, quand on ne connait pas les distances et les prix pratiqués, c’est un peu déroutant mais après 2-3 jours, on s’habitue.

cuba-pratique
Dans les rues de La Havane, taxi et coco-taxi !

Exemples de prix : pour un déplacement dans Havana Vieja, compter 3 CUC mais pour aller de Havana Vieja au Vedado, jusqu’à la Plaza de la Revolucion par exemple, compter 10 CUC. En général, toujours négocier 2-3 CUC en-dessous du prix annoncé… Et la technique de partir parce que le prix nous plait pas est assez efficace 🙂

 

Pour les petits trajets

1ère option : les taxis collectifs, c’est-à-dire les américaines, charrettes, jeeps mais aussi tout type de voiture tant qu’il y a le signe jaune « taxi » quelque part sur le pare-brise. Pour les petits trajets (par exemple autour des villes pour aller aux plages).

Exemples de prix : pour aller de Cienfuegos à la plage de Rancho Luna, compter 10-15 CUC pour l’aller-retour (intéressant si on trouve du monde pour partager le taxi…). Pour aller de Baracoa aux plages alentours (Maguana, Manglito) ou au parc Humbolt, en fonction de la distance, compter 5-15 CUC pour l’aller-retour (vérifier auprès de la famille de la casa pour avoir un ordre de prix/distance). A noter que si on se déplace avec un/e cubain/e, on payera toujours moins que si on est seule ou à plusieurs touristes 🙂

2e option : la location de scooter, dans certaines petites villes, notamment à Baracoa, ce qui donne plus de liberté mais il faut bien sûr être prudent/e, les routes ne sont pas toujours en très bon état.

Exemple de prix : compter 25 CUC pour une journée + 10 CUC d’essence.

cuba-pratique
Route pour aller de Baracoa à la plage de Manguana

Autre option seulement vue à Trinidad : un bus qui fait l’aller-retour entre le centre et la plage Ancon pour 4 CUC aller-retour à différents horaires. Très pratique et moins cher que les taxis qui demanderont facilement 10 CUC…

 

Pour les longs trajets

1ère option : les bus de la compagnie Viazul, la seule autorisée pour les touristes ! Plus chère mais de plus en plus de cubains voyagent avec. Il existe une compagnie nationale à moitié prix mais les étrangers ne peuvent pas la prendre, j’ai tenté 1-2 fois mais je me suis faite gentiment refoulée… Les bus Viazul sont assez confortables et sûrs, en général à l’heure mais il y a toujours des exceptions, comme un Santa Marta/Santiago parti avec 3h de retard pour un problème de clim…

Exemple de prix : compter 18 CUC pour La Havana/Santa Clara ; 33 CUC pour Santa Clara/Santiago ; 15 CUC pour Santiago/Baracoa ; 33 CUC pour Santiago/Trinidad ; 6 CUC pour Trinidad/Cienfuegos, etc.

Bon à savoir : pour réserver son billet de bus, il est conseiller d’aller la veille à la station Viazul (différente de celle des autre bus), d’avoir le plus possible l’appoint du prix (je n’ai jamais compris comment c’était possible mais souvent on vous dira qu’il n’y a pas de monnaie…) et le jour même d’arriver 30-45 min avant le départ pour bien confirmer votre place et l’horaire. Dans certaines villes, il faudra faire enregistrer votre bagage.

 

2e option : les taxis collectifs. La plupart du temps, on en trouve sur les parkings des stations de bus, ils profitent des gens qui n’auront pas pu avoir de place ou juste de proposer un service extra par rapport à Viazul : vous récupérer et vous déposer à votre hébergement. Il est aussi possible d’organiser des trajets à travers les familles des casas particulares, qui connaissent toujours quelqu’un !

Exemple de prix : en général, compter 2-3 CUC de plus que les bus Viazul, pour le fait de vous récupérer et vous déposer à votre hébergement, ce qui est pratique plutôt que de prendre un taxi de la station à votre casa. Mais parfois, les distances station/casa sont très faisables à pied !

cuba-baracoa
Notre taxi entre Santiago et Baracoa

Bon à savoir : la plupart du temps, ce ne sont pas les chauffeurs de taxis à qui vous aurez à faire pour négocier les trajets/prix mais à des intermédiaires qui s’occupent de « remplir » une voiture et d’organiser le trajet. Au début, j’étais un peu sceptique et je ne savais pas trop si faire confiance ou non… mais finalement, je n’ai jamais eu de problème, on ne m’a jamais oublié et le prix décidé a toujours était respecté.

3e option : les camions aménagés en bus. Je n’ai pas testé mais j’ai rencontré des voyageurs (en général des hommes ou des couples) qui ont pris ce type de transport, beaucoup moins cher que les bus ou les taxis collectifs. Par contre, ils sont aussi moins confortables (vous êtes assis sur un simple siège ou parfois sur des chaises en plastique !) mais surtout moins sûrs (conduite pas toujours rassurante et tentative de vol ou de mains baladeuses…) Je ne recommande pas du tout pour une femme seule !

4e option : la location de voiture. Je n’ai pas testé non plus mais c’est l’option qui donne le plus de liberté et qui permet d’aller dans des endroits où les bus et taxis ne vont pas…

5e option : le stop, très répandu parmi les cubains, les transports étant tellement chers pour eux. Je n’ai pas testé non plus…

 

Comment gérer entre CUC et CUP ?

C’est LE casse-tête d’un voyage à Cuba : jongler entre deux monnaies qui ne valent pas du tout la même chose !

Le CUC est le peso convertible, plus ou moins aligné sur le dollar et l’euro (1 CUC = 0,93 € au moment d’écrire l’article). C’est la monnaie utilisée par les touristes pour tous les services touristiques : hébergement, transport, restaurant, sorties et activités. Mais c’est aussi la monnaie utilisée par les cubains pour bon nombres de dépenses notamment administratives, ce qui n’est pas très avantageux pour eux vu le salaire moyen…

Le CUP est le peso monnaie nationale qui vaut 25 fois moins que le CUC !!! Oui oui, 1 CUC = 25 CUP ! C’est la monnaie utilisée pour les petites dépenses : les achats au marché, à la boulangerie, dans les petits supermarchés (qui ne proposent pas toujours beaucoup de choix…), aux vendeurs de rues, pour les repas dans les petites cafétérias de quartier, etc. Pour 4 semaines, j’avais changé environ 20 € en monnaie nationale et j’ai tout utilisé.

cuba-billet

Bon à savoir : bien prendre le temps de se familiariser avec les billets CUC/CUP qui se ressemblent beaucoup ! Parfois, il est possible de payer dans une monnaie et on vous remboursera dans l’autre, ce qui est un peu déroutant et je pense m’être faite avoir quelques fois car le calcul mental c’est vraiment pas mon fort… Enfin, demander toujours si le prix annoncé est en CUC ou CUP avant de payer…

 

Comment rester connectée à internet et utiliser le téléphone ?

Conséquence de la fermeture du pays à l’extérieur, du contrôle des autorités sur les médias et l’opinion de la population, l’accès à internet est assez compliqué et surtout cher. Oublier les connexions wifi gratuites dans les bars, restos ou hôtels et encore plus votre 3 ou 4G sur votre téléphone !

Où trouver internet : il existe des connexions wifi publiques dans toutes les villes, en général au niveau des places principales, de certains hôtels ou d’autres points « stratégiques » que vous repérerez très facilement au nombre de personnes regroupées au même endroit et scotchées à leur téléphone ! La rapidité n’est pas toujours au rendez-vous 🙂

cuba-internet
Une agence ETECSA

Comment utiliser internet : il faut acheter une carte dans une agence ETECSA (compagnie des télécoms cubains) qui avec un identifiant et un code d’accès vous donne droit de 1h à 5h de connexion, soit de 2 à 10 CUC.

Comment passer des appels locaux : là aussi, il faut acheter une carte à ETECSA qui vous permettra de téléphoner depuis les téléphones publics et les téléphones fixes. Compter 10 CUC pour une carte basique et le crédit se décompte en fonction de la durée des appels et de leur localisation (un appel entre deux villes seront plus cher qu’à l’intérieur de la même ville).

 

Comment sortir et profiter des rencontres avec les cubains ?

Dans cette partie, je vais surtout parler d’un point de vue « voyage comme femme seule » mais certaines choses pourront s’appliquer aux voyageurs masculins ou en couple ! De manière générale, j’ai trouvé le pays très sûr, sûrement l’un des plus sûrs pour une femme en Amérique Latine, du moins des pays que j’ai pu découvrir.

Pour sortir et profiter des soirées cubaines, rien de plus facile : chercher les Casas de la Musica ou les Casas de la Trova ! Il y en a dans chaque ville, petite ou grande. Assez centrales, ces casas sont des lieux de référence pour écouter de la musique cubaine (salsa, bacchata, son, etc.) et bien sûr pour danser ! Avec un mélange de cubains et de touristes, vous trouverez votre bonheur que ce soit pour siroter un cocktail (il n’y a pas que le mojito dans la vie, il y a le daiquiri aussi – ça rime 🙂 ), observer les danseurs ou vous laisser inviter à danser. Jeunes et moins jeunes, les cubains adorent inviter les femmes à danser, c’est souvent bon enfant et si des fois, vous sentez que ça dépasse le « bon enfant », il ne faut pas hésiter à le faire savoir en gardant le sourire ça passe toujours !

Côté sécurité : rester maitresse de la situation (attention aux cocktails) et ne rentrer pas trop tard, ou faites-vous accompagner surtout à La Havana ou à Santiago… Si vous êtes hébergée à Havana Vieja et sortez au Vedado, prenez un taxi ! Dans les villes plus petites (Trinidad, Baracoa, Cienfuegos, Santa Clara ou Viñales), marcher seule le soir ne pose pas trop de problème.

cuba-pratique
Escalier de la Casa de la Musica à Trinidad (il faut les imaginer noirs de monde le soir !)

Pour rencontrer des cubains, ça pourra être plus ou moins facile, en fonction de votre état d’esprit et si vous chercher, et arrivez, à aller au-delà de la première impression « d’attrape-touristes ». Quand on sait que le niveau de vie de la plupart des cubains est vraiment très faible par rapport à ce que dépenseront les visiteurs étrangers en moyenne, on peut un peu comprendre qu’ils tentent de gagner un peu d’argent comme ils peuvent : vendre des journaux et de l’artisanat, proposer des soirées/activités en se prenant une petite commission, demander carrément quelques CUC… Mais attention à ceux qui vous proposent des cigares dans la rue, ce sont des faux !

En tant que femme, il faut s’attendre à être interpellée très souvent ! Que ça soit pour un compliment, demander le nom, d’où on vient, ou pour un peu de drague… Il y a ceux qui cherchent juste à discuter et à sympathiser, à comprendre comment est la vie en dehors de Cuba… Parfois sans arrière-pensée, ce qui sera très chouette et permettra d’avoir un bel échange. Mais aussi souvent, il y en aura des « un peu plus insistants » qui vous proposeront de sortir, aller boire un verre… Si vous n’êtes pas intéressée, un « no gracias » avec le sourire est souvent suffisant mais des fois, il faudra être un peu plus convaincante et ferme.

Côté sécurité : les cubains sont des beaux-parleurs, bons danseurs et très charmeurs, si vous ne vous sentez pas à l’aise dans une situation ou un échange avec un cubain, ne l’alimentez pas. Je n’ai jamais ressenti de danger dans mes échanges avec les cubains ou d’agressivité de leur part mais il faut savoir que certains ne s’intéresseront à vous que pour vous draguez et « se faire payer » des boissons/sorties… Si vous en êtes conscientes, il ne devrait pas y avoir de soucis !

Autre possibilité très importante de rencontres : profiter des échanges avec les familles des casas où vous serez hébergées ! Même s’il y a une relation de service, c’est une très bonne occasion de discuter, de poser des questions sur Cuba, son histoire, sa société, etc. Dans quelques-unes des casas, j’ai demandé à diner en même temps que la famille, et pas seule dans mon coin, et ça a été de belles occasions de partager un moment familial, simple et authentique.

 

Mon mot de la fin : voilà en gros tous les petits et grands conseils que je peux vous donner pour un voyage à Cuba, plus quelques trucs si vous voyagez en tant que femme seule. Tout est basé sur mon expérience mais peut-être que d’autres personnes en auraient d’autres (si c’est le cas de certains lectrices/eurs, n’hésitez pas à partager en commentaires !) Mais mon dernier conseil : pas de stress, laissez-vous aussi porter par votre voyage et les rencontres que vous ferez, ça sera au final ce que vous retiendrez de votre séjour à Cuba 🙂

Petit point administratif : pour les ressortissants français, il faut bien sûr un passeport en cours de validité et surtout il faut se procurer avant le départ une carte touristique obligatoire, donnant droit à un séjour de 30 jours sur place. Elle peut s’obtenir auprès de l’Ambassade de Cuba à Paris et auprès de certaines agences de voyage habilitées à la délivrer, soit sur place, soit par courrier. Je suis passée par l’agence Novela Cuba, et n’étant pas sur Paris, j’ai demandé à la recevoir par courrier.

Prix : 27€ + frais d’envoi si réception par courrier.

Mots clés qui permettent de trouver cet article :

  • cuba voyage femme seule

10 Commentaires

  • Merci pour les infos

    Répondre
  • Un article bien remplis et bien informatif 🙂 Merci

    Répondre
  • Merci beaucoup pour votre expérience. Je part seule lundi et j appréhende 1 peu

    Répondre
    • Bonjour Laura, avec plaisir ! Je suis sûre que ton voyage se passera très bien, profites-en bien 🙂

      Répondre
      • Coucou. Mon voyage c est bien passé. 1 magnifique île. J ai hâte d y retourner.

        Répondre
        • Excellent ! Je suis contente de lire ça 🙂

          Répondre
  • Bonjour Gaëlle, et merci pour ce partage d’info qui donne très envie de s’envoler pour Cuba 🙂 Une petite question : penses-tu qu’il est nécessaire de savoir parler espagnol sur place? ou l’anglais suffit-il?
    Merci beaucoup ! Je te souhaite de bien beaux voyages encore…

    Répondre
    • Bonjour Doriane ! Merci pour ton commentaire et ta question ! Je dirais que l’espagnol est un vrai plus pour discuter avec les gens un peu plus en profondeur… Dans beaucoup des familles où j’ai été hébergée, peu parlait anglais, ou alors les enfants de la famille qui l’apprennent à l’école. Ensuite beaucoup de monde travaillant dans le tourisme à Cuba parle anglais. Je te souhaite une belle découverte de Cuba 🙂

      Répondre
  • Merci pour tes remarques. Je pars en Septembre pour 7 jours. J’ai juste une copine qui me dit de pas y aller, après tous le monde me le recommande. Tes conseils me rassurent 🙂 j’y arrivais par Montréa

    Répondre
    • Bon voyage et bonne découverte de Cuba ! à chacun de se faire son expérience de voyage 😉

      Répondre

Ecrire un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.