chicago
Etats-Unis, Récits de voyage

Découverte de Chicago, au bord du lac Michigan

Après mes 18h de bus depuis New York, je suis arrivée à Chicago dans la matinée du vendredi 8 juillet. J’ai passé 3 jours à beaucoup (trop….) marcher à la découverte de cette ville située au bord du lac Michigan (un des fameux grands lacs vous vous souvenez ?) et traversée par la Chicago River. En arrivant à mon auberge (par ailleurs très sympa, Holiday Jones, et très bien située proche de bars et restos dans le quartier de Wicker Park), je ne me sentais pas d’attaque pour partir directement à l’assaut des rues du centre-ville. Donc je suis surtout restée me reposer et à 22h mamie voyageuse était au lit !

 

Chicago, côté buildings

chicago-buildings

Capitale du Michigan et 3e plus grande ville des USA, Chicago est surtout connue dans l’imaginaire des gens comme une ville « mal famée », haut lieu de la corruption et de la prohibition dans les années 1920-30. A cette époque, de grands noms de la mafia, comme le fameux Al Capone, faisaient parler d’eux et de la ville. Aujourd’hui, la ville est bien sûr assez loin de cette mauvaise image et j’ai beaucoup apprécié la découvrir. Cette fois encore, comme je l’avais fait à Québec, je me suis dit que ça serait plus intéressant de la découvrir en sachant ce que je découvre sans forcément devoir chercher par moi-même… Donc je me suis inscrite à des tours guidés gratuits (mais avec pourboire 😉 ) proposés par Free Tours By Foot et donc animés par des locaux.

Mon 1er tour était seulement en soirée donc l’après-midi, j’ai essayé de me repérer parmi la jungle des immenses buildings (qui font vraiment concurrence à ceux de New York !) et je suis montée au Skydeck, situé au 103e étage de la Sears Tower (rebaptisée Willis Tower récemment, mais les locaux n’aiment pas du tout ce nouveau nom !). Monter jusqu’au point de vue a été toute une épreuve : attente dehors en plein soleil, puis dans le hall d’entrée où on prend un ascenseur qui nous amène à quelques étages en dessous du Skydeck et là, il faut faire une queue qui n’en finit pas pour prendre les tickets d’entrée, puis encore de l’attente dans des couloirs avec photos et récits de la construction de la tour, suivi d’un film d’une dizaine de minute (plutôt bien fait). Quand on croit que l’attente est enfin finie, il y a encore 20m avant de monter enfin au 103e étage ! Puis une fois arrivée, il faut faire des coudes pour admirer la vue… Mais bon, c’est une des principales attractions de la ville et c’est vrai que la vue y est imprenable sur les buildings et le lac.

 

Côté ouest de la tour, des cubes en verre ont été aménagés pour pouvoir admirer la ville en ayant les pieds dans le vide ! Assez impressionnant ! Bon bien sûr, il fallait faire la queue pour y accéder et j’ai fait un peu le boulet en ne rechargeant pas ma batterie d’appareil photo… Donc très peu de photos de là-haut, mais les souvenirs mentaux sont toujours là 🙂

Avant d’aller au point de départ du tour organisé, j’ai tout de même fait un aller-retour express jusqu’à l’auberge pour charger un peu mon appareil…

 

Chicago, côté rivière

A 19h donc, me voici au point de rendez-vous avec notre guide, très sympa et qui a bien retenu que j’étais française, car à chaque fois qu’il y avait une référence à la France ou à des français ayant eu un rôle dans l’histoire de la ville, j’avais le droit à ma petite blague personnalisée…

Le thème du tour a porté sur l’histoire de la ville et en particulier le long de la Chicago River. Ainsi, j’ai appris que ce sont deux français, venant de Québec par le fleuve St-Laurent puis les différents lacs, qui auraient découvert l’endroit où aller être construite la ville ; leur idée était de continuer par voie fluviale jusqu’à retrouver le Mississippi et arriver à la Nouvelle Orléans. Bon je n’ai pas retenu toutes les dates et les faits les plus importants, ni les noms des personnes marquant l’histoire de la ville, mais j’ai retenu que la ville de Chicago a été pendant de très nombreuses années, grâce au lac, à sa rivière et plus tard au train, un centre de commerce et de transit majeur des USA, où la population a grandi très rapidement. J’ai par contre bien retenu qu’un énorme incendie a détruit une importante partie de la ville en 1871, à l’époque la majorité des bâtiments étant construits en bois. A la suite de cette catastrophe, des architectes ont eu la bonne idée de commencer à utiliser l’acier pour construire les édifices, puis la folie des grandeurs en gagnera certains et Chicago sera l’une des 1ères villes des USA et d’Amérique du Nord a compté les plus hauts gratte-ciels du 19-20e siècle.

 

Le tour s’est fait tout le long de la Chicago River et le guide nous a également expliqué l’histoire de certains buildings longeant la rivière, mélangeant tous les styles (classique, moderne, post-moderne et d’autres termes un peu trop techniques…). Ainsi, on peut voir des bâtiments de forme ronde ressemblant avec un peu d’imagination à des fleurs ou à des épis de maïs, puis juste à côté un rectangle d’acier noir posé à la verticale, suivi d’une tour aux formes arrondies également mais avec plusieurs terrasses ; appartenant accessoirement au potentiel futur président des USA, Mr Trump, ce qu’on ne peut pas manquer avec les énormes lettres illuminées et ce que beaucoup d’habitants n’approuvent pas du tout. Tout en continuant à longer la rivière, le guide nous explique également qu’il n’a pas toujours été possible de se balader sur ses berges ou d’y faire du bateau et même du canoë. Il a en effet fallu un important projet de réaménagement mais aussi d’assainissement et de détournement du courant de la rivière, pour nettoyer la rivière où les eaux étaient extrêmement polluées et les odeurs aux alentours insupportables.

 

Chicago, côté parcs

chicago-trainLe lendemain, je m’étais également inscrite à un tour gratuit, à travers le quartier du Loop (le cœur de la ville et quartiers des affaires) et jusqu’au Millénium Park. Le Loop est le quartier où se rejoignent la plupart des lignes du réseau de train/métro de la ville, qui a la particularité d’être totalement aérien. Certaines rues sont donc recouvertes d’imposantes structures d’acier datant des années 1890 et supportant les passages réguliers de dizaines de trains par jour, bonjour les nuisances sonores pour les habitants du quartier…

Niveau informations, certaines choses ont été un peu répétées du tour de la veille mais, nous avons découvert d’autres bâtiments et buildings :

  1. le Chicago Theater, un des 1ers théâtres de la ville dont les décors sont presque ceux d’origine,
  2. des bureaux de l’administration qui ressemblent à une coupole géante tout en panneaux de verre et où tous les étages sont ouverts,
  3. des hôtels de luxe, qui une fois rachetés et rénovés, ont permis de redonner une nouvelle vie à certains buildings à l’abandon.

 

Tout nous donnant de bonnes adresses où manger dans ce quartier, le guide nous a ensuite emmené jusqu’au Millénium Park, aménagé en 2004, et où certaines curiosités valent le détour :

  1. la Crown Fountain, en fait deux fontaines rectangulaires animées de plusieurs centaines de panneaux multimédia faisant apparaitre des visages d’habitants de Chicago,
  2. le Jay Pritzker Pavilion, théâtre à ciel ouvert avec une structure assez particulière et accueillant très souvent l’été des concerts gratuits de musique classique,
  3. la Cloud Gate, ou the Bean (le haricot), une sculpture dee 110 tonnes en forme de haricot géant qui permet d’avoir une perspective à chaque fois différente sur l’environnement qui l’entoure.

 

Pour la petite anecdote, dans le groupe participant au tour, j’ai bien sympathisé avec un jeune brésilien étudiant à Toronto et c’était assez chouette de parler un peu en portugais et finalement je faisais moins de « portugnol » que je n’aurais pensé !

Après le tour, je me suis arrêtée dans une des bonnes adresses données par le guide pour déguster une spécialité de Chicago : la Deep Dish Pizza, en gros une pizza très épaisse et vraiment très nutritive ! Après ça, il fallait bien que je reparte en balade pour digérer. Donc je suis remontée vers Magnificent Mile, quartier un peu plus chic avec de nombreuses boutiques et j’ai bifurqué vers le Navy Pier, ancien dock militaire aujourd’hui réaménagé en parc, avec une plage d’un côté, un musée/parc d’attraction pour enfants de l’autre et de nombreux bars/restos. J’ai ensuite continué à longer le lac pour arriver à Battery Park où était organisé un festival gastronomique. Mais arrivée là, j’étais vraiment trop fatiguée pour découvrir les différents stands, donc j’ai traversé le parc et suis rentrée à l’auberge pour préparer mon départ le lendemain vers San Francisco !

 

Mon petit mot de la fin : j’ai beaucoup apprécié Chicago, elle est moins connue et moins prisée des touristes que New York mais vaut la peine d’être visitée, pour son histoire, son architecture et aussi pour ses parcs où les balades sont agréables. Mais encore une fois, j’ai voulu en faire beaucoup trop en peu de temps donc j’en suis repartie vraiment très fatiguée… mais contente de ma découverte !

 

Ecrire un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.