costarica-cahuita
Costa Rica, Récits de voyage

Nature, animaux et farniente au Costa Rica

Quand on parle du Costa Rica, petit pays d’Amérique Centrale, on imagine surtout la jungle et ses animaux, la plage et son sable fin… Ce qui est très vrai, mais il ne faut pas oublier les innombrables volcans ! Même si je ne suis restée que deux petites semaines, j’ai pu découvrir plusieurs « petites » parties du pays qui est bordé par le Pacifique ET la mer des Caraïbes.

Petit résumé de la 5e étape de mon Tour des Amériques !

 

San José et alentours

Après deux vols depuis La Havane et une longue escale de nuit à l’aéroport de Bogota, je suis arrivée un peu déphasée à San José, capitale et ville la plus importante du Costa Rica, située plus ou moins au centre du pays. Située sur un plateau à 1200m d’altitude, il m’a fallu aussi un petit temps d’adaptation pour oublier les températures et l’humidité cubaines… De toutes les villes que j’ai pu visiter pendant mon voyage, c’est sûrement celle qui m’a le moins plu… Il n’y a pas grand-chose à voir ou faire, mais le centre-ville vaut une petite balade, notamment pour le Théâtre National, le Musée National du Costa Rica et de l’Or Précolombien, mais aussi pour une petite balade dans le marché central.

 

Il y a également quelques balades à faire sur une journée au départ du centre, notamment la visite du Volcan Poas, après environ 2h de bus. Culminant à 2700m d’altitude, quelques sentiers de randonnée y sont aménagés, très simples et qui permettent d’admirer le cratère principal du volcan toujours en activité, puis la Laguna Botos, ancien cratère rempli par les pluies. J’ai beaucoup apprécié la balade à travers la forêt pluviale tropicale, à observer les plantes, les arbres et de temps en temps quelques oiseaux.

 

Côte Pacifique, parque Manuel Antonio

Le Costa Rica offre une infinie possibilité de découvrir des parcs à la nature luxuriante que ça soit en montagne, au pied des volcans ou au bord de l’eau. Tous ces parcs, dont l’accès est d’environ 15 USD, sont la meilleure façon que le pays a trouvé de préserver sa nature si riche et surtout ses animaux emblématiques, tels que certaines espèces de singes, les paresseux et de nombreux oiseaux, dont le toucan et son bec coloré.

Parmi tous les parcs, j’ai choisi celui de Manuel Antonio sur la côte Pacifique, à environ 3h de bus de San José, sur recommandations d’amis d’amis ou d’autres voyageurs. L’auberge où je suis restée, Faro Beach Hostel, était très agréable à quelques mètres de la plage et de l’entrée du parc, et avec une piscine ! J’y ai rencontré des voyageuses très sympas, dont certaines avec qui j’ai fait ensuite un bout de chemin.

Au départ de la ville de Quepos à 30min en bus au nord du parc, il y a quelques options pour se balader de plage en plage à travers la jungle, un peu au hasard mais en ayant toujours la bonne surprise de trouver un bout de sable désert où faire un peu trempette. Le parc Manuel Antonio peut se visiter également seul ou avec un guide, ce qui est une bonne option pour être sûr de voir des animaux et en connaitre un peu plus sur leurs habitudes. Après 2h de visite guidée, on peut se balader à volonté dans le parc jusqu’aux différentes plages et points de vue. Il faut se méfier des singes et des ratons laveurs, qui viennent fouiller les pique-niques dans les sacs à dos ; ils sont très doués !

 

Côte Caraïbes, Puerto Viejo et parque Cahuita

Pour finir mon séjour, je me suis dirigée sur la côte Caraïbes, réputée pour son style baba-cool, ses soirées reggae et l’ambiance « pura vida » si chère aux costa-ricains. Après une journée entière de bus, via San José, nous arrivons à Puerto Viejo qui se trouve à seulement quelques dizaines de km au nord de la frontière avec le Panama. C’est un petit village de plage, assez touristique, à l’ambiance assez cool, et c’est un bon point de départ pour aller au Parc Cahuita au nord, ou vers celui de Manzanillo au sud.

Ayant eu peu de chance côté météo, je pense que j’en ai moins profité que je n’aurais voulu mais j’ai quand même pu aller un peu à la plage, visiter le Parc Cahuita qui même sous la pluie valait le coup, ainsi que louer un vélo pour découvrir un peu la côte et visiter le refuge animalier Jaguar Rescue Fondation.

 

Je m’étais renseignée sur ce centre pour y faire un volontariat mais malheureusement les conditions ne collaient pas trop avec mon programme. Une bonne alternative a été de participer à la visite publique quotidienne qui permet d’avoir un bon aperçu du travail réalisé avec des animaux recueillis et soignés avant d’être remis en liberté dans les meilleures conditions. Malheureusement, beaucoup d’entre eux ont des histoires de captivité et de maltraitance alors que ce sont des animaux sauvages et personnellement, je ne comprends pas l’intérêt de voler la liberté d’un singe ou d’un paresseux pour en faire un animal de compagnie… Ce centre fait vraiment un super boulot, comme d’autres dans le pays.

 

Mon mot de la fin : mon étape au Costa Rica a été assez courte, à peine deux semaines, en particulier pour des raisons de budget. Du coup, malheureusement, je n’ai pas eu assez de temps et de possibilité pour vraiment découvrir ce pays et surtout sa culture…. Malgré la bonne réputation et la fameuse notion de « pura vida » du pays, je ne m’y suis pas sentie totalement à l’aise et je n’ai pas réussi à lier vraiment de contacts avec la population… J’espère qu’un prochain voyage avec un budget un peu plus adapté me permettra de mieux découvrir le Costa Rica !

 

Mots clés qui permettent de trouver cet article :

  • j\adore le Pacifique et je suis une capitale

Ecrire un commentaire

CommentLuv badge