mexique-calakmul
Mexique, Récits de voyage

A la découverte des cités préhispaniques du Mexique

Au cours de mon mois et demi au Mexique, j’ai pu visiter, explorer et me laisser subjuguée par l’atmosphère toute particulière des très nombreuses cités préhispaniques. Que ce soient les mayas, toltèques, aztèques, zapotèques, on a tous entendu parler ou lu sur ces civilisations d’un autre temps, qui ont malheureusement disparu peu à peu, avec l’arrivée des Espagnols dans le « Nouveau Monde », mais aussi par la force des choses.

Petit conseil : se rendre sur les sites le plus tôt possible, dès l’ouverture, pour éviter la chaleur et surtout la foule de touristes qui débarquent en tour organisé en milieu de matinée…

Dans cet article, je vous emmène à la découverte des cités préhispaniques du Mexique que j’ai pu visiter ! L’ordre correspond à celui dans lequel je les ai visité !

 

Teotihuacan

Situé à seulement 1h de la ville de Mexico, c’est un des sites les plus connus et un des plus étendus de la région avec environ 25km2. L’allée principale appelée Allée des Morts, qui relie la partie sud à la partie nord fait environ 4 km ! Le site se divise en trois principales parties :

 

  1. La citadelle au sud entourant le temple de Quetzalcoalt (dieu représenté par un Serpent à Plumes). On peut monter au sommet de cette « petite » pyramide d’où on a une vue sur l’ensemble du site et sur les imposantes pyramides du Soleil et de la Lune.
  2. La pyramide du Soleil de 65m de haut et environ 225m de côté. Quand il fait chaud et qu’il y a du monde, la grimpette est un peu galère… Mais une fois en haut, la vue à 360° vaut vraiment le détour !
  3. La pyramide de la Lune, beaucoup plus petite avec seulement 46m de haut, et la partie supérieure est interdite d’accès. Là encore, vue parfaite 🙂

 

Ici je vous ai fait une rapide présentation des 3 principales pyramides, mais le site est aussi parsemé de petits temples, d’anciens palais et de quelques musées, dont un qu’on a jamais trouvé !!

 

Palenque

La ville moderne de Palenque, qui n’a pas vraiment d’intérêt en soit, se situe dans la région du Chiapas à environ 18-20h de bus au sud-est de Mexico. Mais le site archéologique maya situé dans la forêt, et dont les premières structures datent de l’an 600, attire toutes les attentions. Si Teotihuacan m’a impressionnée par son immensité, Palenque m’a séduite par la finesse de ses pyramides, des palais, relativement bien conservé et par le mystère des parties encore cachées par l’épaisse forêt tropicale qui l’entoure. On estime que seulement 10% de la cité a été découverte !

 

C’est un des sites les plus visités de la région et même à 8h30, il y avait du monde à l’entrée, mais heureusement une fois à l’intérieur du site, l’endroit est si vaste que la visite est plutôt agréable. Par contre, on a été assez choqué de trouver des vendeurs de souvenirs à l’INTERIEUR du site ! Ça gâche vraiment l’ambiance et la tranquillité du lieu, surtout quand on est interpelé toutes les 2min pour acheter quelque chose… Même si je comprends côté humain : cette activité fait vivre des dizaines de familles dans la région et même au-delà…

Depuis Palenque, on peut aussi aller se balader dans les montagnes alentours et se rafraichir dans l’une des piscines naturelles formées par les rivières, mais aussi découvrir d’autres sites plus éloignés au sud et donc moins touristiques…

 

Calakmul

C’est sûrement mon site maya préféré, car le plus sauvage et mystérieux… Situé à seulement 30km de la frontière avec le Guatemala, l’accès aux ruines de Calakmul se mérite ! En bus, il faut rejoindre la petite ville de Xpuljil, puis prendre un taxi pour revenir en arrière sur 60 km et arriver à l’entrée de la réserve de biosphère qui abrite le site. Puis il faut prendre un autre taxi (que nous avons réservé via notre hôtel) pour parcourir 60km sur une route qui s’enfonce toujours un peu plus dans la jungle. Le chauffeur qui nous a accompagnées est originaire de la région et nous a expliqué tout un tas de choses sur le site, les communautés qui habitent autour (les seules autorisées à en exploiter les terres), ainsi que sur la faune et la flore.

 

Le site de Calakmul est vaste, environ 20km2, dont seulement 2km2 ont été mis à jour, soit environ 1000 structures qui peuvent se visiter en 2-3h, en suivant un chemin très bien indiqué. Il est possible d’accéder au sommet de 3 pyramides donnant une vue sur la forêt et sur le sommet des autres pyramides. Après l’effort de monter une centaine de marche dans l’humidité ambiante, la récompense de là-haut a de quoi laisser sans voix… Ce sentiment d’immensité, d’infinie beauté de la nature et de liberté m’a donné les larmes aux yeux et la chair de poule pendant les 20 min que nous avons passées presque seules à son sommet… Magique !

On a même poussé le luxe d’être parfois seules pour pique-niquer au sommet de l’une des pyramides !

 

Tulum

Situé à 130km au sud de Cancun, Tulum est un site relativement petit, avec seulement 6km d’étendue le long de la côte Caraïbe mexicaine (également appelée Riviera Maya), mais il bénéficie d’un environnement exceptionnel qui le met particulièrement en valeur. Entouré de murailles de protection épaisses de 4m, il a été construit sur un promontoire rocheux bordé par une mer d’un bleu turquoise magnifique. Très touristique, il est assez difficile de se retrouver seul à des endroits du site mais la balade est tout de même agréable et il y a plusieurs panneaux explicatifs devant les structures, palais et temples.

 

On peut même descendre sur l’une des plages pour s’y baigner. Et un peu partout sur le site, on se retrouve nez-à-nez avec des dizaines d’iguanes qui se baladent tranquillement de pierre en pierre. Tout le long de la côte, on peut trouver des plages où se baigner, bon beaucoup sont privées car appartiennent à des hôtels, resto-bars, mais sur la partie sud, les constructions sont plutôt bien fondues dans la jungle et ça fait moins gros spot de tourisme de masse…

 

Pour la petite histoire, on est arrivé à Tulum juste au moment d’une tempête, type ouragan, donc beaucoup de vent et de pluie, mais on a quand même profité un peu de la plage 🙂

 

Cobà

Situé à 42km de Tulum plus à l’intérieur de la Péninsule du Yucatan, Cobà est l’un des sites préhispaniques les plus étendus de la péninsule avec Chichen Itza. A son apogée, plus ou moins au 7e siècle, cette cité s’étendait sur 70km2 mais comme beaucoup d’autres sites, aujourd’hui, seulement une petite partie a été découverte et peut se visiter. Les allées du site sont très bien aménagées et on peut se balader très facilement entre les différents groupes de structures, mais on peut aussi louer des vélos ou des bici-taxis. Nous on a préféré marché, en commençant dès notre arrivée par les structures les plus éloignées pour limiter un peu la foule… Et on a eu raison ! On a pu admirer la vue depuis la pyramide principale de Nohoch Mul, presque seules, à 40m de haut !

 

Le site est entouré de plusieurs lagunes plus ou moins grandes qui ont constitué une importante ressource pour la cité, dans une région où la plupart de l’eau est souterraine et se trouve dans les cenotes. Dans l’une des lagunes, on peut se balader en bateau et observer des oiseaux et quelques crocodiles !

 

La Ruta Puuc : Uxmal et Kahba

Le Puuc est une région de montagnes calcaires située au nord de la péninsule du Yucatan à environ 100km au sud de Mérida. Ce qu’on appelle aujourd’hui la Ruta Puuc est l’ensemble des anciennes cités mayas qui se trouve dans cette région, dont certaines ont été très importantes au niveau politique, religieux et économique, grâce notamment aux réserves d’eau souterraine que les mayas ont réussi à exploiter en construisant d’immenses citernes, appelées les chultunes, d’une capacité de 7000 à 35000 litres !

Uxmal est assez étendue et c’est l’un des sites mayas où presque la totalité des structures ont pu être mises à jour sans trop de travail de restauration car la qualité de son architecture était semble-t-il en très bon état. La couleur des pierres, d’un blanc jauni/rose pâle, donne une atmosphère très romantique et raffiné au lieu, tout comme les détails des parties supérieures des monuments, temples, palais et pyramides, mais aussi les nombreuses représentations sculptées des dieux mayas. Ces caractéristiques ont donné le nom de style puuc à l’ensemble des cités de cette région.

 

Le site compte quelques édifices principaux, dont la pyramide du Devin ou du Magicien à la forme très inhabituelle arrondie ou ovale, et dont les différentes façades sont très différentes, certaines très simples et d’autres très travaillées. On trouve ensuite, entre autres, le Quadrilatère des Nonnes, l’immense palais du Gouverneur, la maison des Tortues, la Grande Pyramide (la seule sur laquelle on puisse encore monter) et le terrain de Jeu de Balle.

Kabah, située à 18km, était l’une des cités satellites d’Uxmal, reliées entre elles par un sacbé (grand route). Elle n’est aujourd’hui que partiellement découverte et une partie est encore enfouie dans la forêt. Egalement de style puuc, la structure principale est le Palais des Masques, appelé ainsi car une façade entière est recouverte de sculptures du dieu de la pluie, Chaac, représenté par un visage à long nez en forme de crochet.

 

Chichen Itza et Cenote Ik Kil

Sûrement le site maya le plus connu et le plus visité, Chichen Itza se situe entre Mérida et Valladolid. Ayant été sûrement le principal centre religieux du Yucatan au 10e siècle, ce site est classé à l’UNESCO et a été choisi comme l’une des 7 Nouvelles Merveilles du Monde en 2007. Entourée de plusieurs cenotes, trésor inestimable dans une région dépourvue d’eau, la cité se caractérise par deux zones à l’architecture différentes. Dans le secteur sud, le « Vieux Chichen » est caractérisé par le style puuc (donc maya) avec de petites structures. Dans le secteur nord, le « Nouveau Chichen » est plus proche du style des cités du Mexique central (donc toltèque) avec des structures beaucoup plus imposantes comme la pyramide de Kukulcan (le dieu serpent à plume ou Quetzalcoalt), l’Observatoire, le terrain de Jeu de Balle, le Temple des Guerriers.

 

Pour la petite histoire, et comme quoi, les civilisations mayas et toltèques étaient déjà très avancées au niveau des mathématiques et de la physique, la pyramide de Kukulcan est orientée de façon à ce que durant les équinoxes de printemps et d’automne, le reflet du soleil sur les arêtes de la pyramide forme le corps ondulé d’un serpent rejoignant les têtes de serpent représentés au pied des escaliers…

A seulement quelques minutes de Chichen Itza, se trouve le Cenote Ik Kil ou Cenote bleu sacré ; c’est l’un des plus connus et donc fréquentés de la région. Profond de 40m pour un diamètre en surface de 60m, le niveau de l’eau se trouve à 26m en dessous du niveau du sol. L’eau assez fraiche y est d’une couleur bleu-vert profond et les parois sont cachées par des mètres de lianes tombant en direction de l’eau au milieu desquelles on distingue quelques oiseaux et plantes.

 

Monte Alban

Classé à l’UNESCO, c’est un site de la civilisation zapotèque situé à 1941m au sommet d’une montagne artificiellement arasée, dominant ainsi la vallée autour de la ville d’Oaxaca, à 10km. Accessible très facilement en bus, le site est organisé autour d’une imposante place, Gran Plaza, de 300 mètres sur 200, qui est entourée des ruines de plusieurs pyramides et de tumulus non-encore restaurés. Des pyramides se trouvent également au centre de la place, qui est dominée aux extrémités par la plateforme nord et la plateforme sud, desquelles on peut avoir une vue panoramique sur le site. On peut également observer un terrain de jeu de balle, des temples et des tombes, ainsi que plusieurs stèles sculptées et de grands bas-reliefs sur certaines structures.

 

Dans la région d’Oaxaca, d’autres endroits intéressants peuvent se visiter : Mitla (ancienne cité aztèque), El Tole (village célèbre pour son arbre ahuehuete de 58m de circonférence et également le site naturel del Hierve el agua, une cascade pétrifiée qui semble être à couper le souffle !

 

Cholula

La ville de Cholula se situe à 10km de Puebla, à l’est de Ciudad de Mexico, et à 2135m, au pied du célèbre volcan toujours en activité, le Popocatepelt. Dotée d’un joli petit centre historique aux ruelles colorées, on peut y visiter des dizaines d’églises, dont la plus connue est Nuestra Señora de los Remedios (Notre Dame du Bon-Secours) qui se situe au sommet de la colline recouvrant la Grande Pyramide de la cité préhispanique de Cholula. Construite en plusieurs étapes et utilisée par plusieurs civilisations (Olmèques, Toltèques, Aztèques, Mayas, Mixtèques…), c’est la plus grande édifiée par l’homme par son volume : 4,45 millions de m3 ! Haute de 66m et mesurant 350 par 400m de côté, on peut entrer à l’intérieur par un tunnel de 700 m, dont 280 peuvent être parcourus par le visiteur. Ces galeries ont été creusées pour explorer l’intérieur de la pyramide et mieux comprendre ses différentes étapes de construction. Du côté sud de la pyramide, on peut aussi visiter quelques ruines de l’ancienne cité : temples, stèles sculptées, murs d’habitations. Sur le côté ouest, on peut observer l’un des soubassements de la pyramide, qui a été mis à jour pendant les fouilles.

 

Mon petit mot de la fin : En tout, j’ai eu la chance de visiter 11 sites, tous aussi impressionnants et envoutants les uns que les autres, certains vraiment immenses avec des pyramides de plusieurs dizaines de mètres de haut, d’autres encore enfouis pour une partie dans la forêt tropicale, laissant libre court à l’imagination sur l’histoire de ces lieux d’un autre temps. Je pense que ça a été la partie préférée de mon étape mexicaine et même si certains sites sont extrêmement touristiques, j’ai adoré les découvrir. Presque sur tous les sites, on peut également visiter de petits musées plutôt bien faits, qui présentent certaines pièces trouvées pendant les fouilles archéologiques et un peu plus d’explication sur ces civilisations.

Ecrire un commentaire

CommentLuv badge